Atteinte à la sécurité de l’Etat : Le Procureur Poyodi prend ses responsabilités en interpellant 2 responsables de la DMK

0
75
Le Procureur de la République Essolissam Poyodi vient de faire échec à un plan de déstabilisation des institutions de la République savamment mijoté par la Dynamique Mgr.Kpodzro (DMK). Sans  tarder, ce dernier a ouvert une enquête pour atteinte à la sécurité de l’Etat confiée au Service Central de Recherches et d’Investigations Criminelles (SCRIC). Pour les besoins de cette enquête, deux responsables de la DMK sont arrêtés et détenus depuis quelques jours au SCRIC.  Selon ce communiqué du procureur lu sur la télévision nationale TVT, il y a une atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat en préparation au sein de la Dynamique. Une enquête a été enclenchée alors pour faire la lumière sur l’affaire. « Dans le cadre de cette enquête, le sieur Dodji Gérard Djossou a été interpellé dans la soirée du vendredi à Lomé par les éléments de la police judiciaire. Il été procédé immédiatement à une perquisition à son domicile. Ceci a permis la découverte et la saisie des documents compromettants intéressants l’enquête. Lesdits documents révèlent la projection des actions violentes visant à porter atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat et qui devraient être mis en œuvre à partir des manifestations publiques pour la journée du samedi 28 novembre 2020 », indique le communiqué.
Pour ce qui est de la Coordinatrice de la DMK, le communiqué relève que  Brigitte Adjamagbo Johnson arrêtée le samedi 28 novembre, disposerait également d’un document sur le plan en préparation. Ce qui explique son arrestation ce samedi.
« Brigitte Adjamagbo Johnson était en possession d’autres documents en lien avec le plan de déstabilisation du pays projeté. Elle fait déjà l’objet d’une procédure judiciaire portant sur des faits similaires et placée sous contrôle judiciaire », indique le communiqué.
Le communiqué annonce  que, pour faire la lumière sur cette affaire les “criminels”, les “auteurs”, “co-auteurs et complices” de ce projet seront interpellés.
Rappelons que l’arrestation de Gérard Djossou est intervenue à la veille d’une manifestation populaire appelée par la DMK pour réclamer une prétendue victoire de son candidat, Agbéyomé Kodjo au scrutin présidentiel du 22 février 2020. Quoiqu’interdite par les autorités compétentes, la manifestation était maintenue par les organisateurs. Ce qui induit un acte de rébellion ou d’insubordination à l’autorité compétente.
Le scrutin présidentiel de février 2020 étant remporté par le candidat Faure Gnassingbé crédité officiellement de plus de 70% des suffrages, toute contestation des résultats officiels par un candidat malheureux s’apparente à une violation de la loi. Pour cette raison Agbéyomé Kodjo qui n’a de cesse de s’inscrire dans cette logique a été inculpé par la justice.  Convoqué pour une troisième fois par cette institution, l’ancien premier ministre d’Eyadema  n’a pas cru devoir répondre à la convocation. Il a préféré prendre la poudre d’escampette pour se réfugier selon ses propres dires dans un champ de maïs d’où il continue de mener la contestation.
En décidant d’interpeller ces responsables de la DMK, le procureur de la République ne fait que son travail. Ce n’est pas la première fois que Brigitte Adjamagbo est interpellée dans ce dossier. Dans le passé, comme son cas ne nécessitait pas une détention, elle avait été tout simplement écoutée puis autorisée à regagner son domicile. Aujourd’hui qu’elle est pour l’heure détenue, il n’y a pas de doute qu’elle regagnera son domicile si elle n’a rien à se reprocher.
Gilles  OBLASSE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here