Fête traditionnelle à Ahépé : Les démons de la division refont surface, l’électricité dans l’air

0
659

 

 

La fête traditionnelle Ahézan célébrée dans le canton d’Ahépé  (Préfecture de Yoto) continue par souffrir de germes de divisions. Politisation de la tradition, maladresse dans la gestion des affaires communautaires, égo démesuré des uns et des autres et conflits de personnes, tous les ingrédients sont, sans l’ombre d’un seul doute, réunis pour le sabotage de l’union sacrée    des filles et fils de cette localité.

Au cœur de ces dissensions, deux associations : le NDD et   l’Associations des natifs d’Ahépé pour le développement (ANAD). La première étant l’émanation d’une dissidence au sein de la seconde, chacune de son côté fait feu de tout bois pour s’approprier l’organisation de cette noble fête.

C’est un secret de Polichinelle, une fête traditionnelle, comme partout ailleurs sur le territoire est censée unir davantage les populations et promouvoir la tradition dans toute sa splendeur.  Ironie du sort, on assiste plutôt à des pics entre cadres des deux associations du canton d’Ahépé.

Le paroxysme des hostilités est atteint ce samedi 1er juin 2019, lorsque le Régent dudit canton, Kalékouvi tentait d’aplanir les divergences et rapprocher les positions. Au cours d’une réunion organisée à son domicile, la température a plutôt monté au lieu de baisser et l’assise s’est terminée en queue de poisson. Selon les informations parvenues à la rédaction d’Afrique Révélation, les cadres des deux associations ont failli même en venir aux mains.

C’est une situation qui replonge indubitablement le canton d’Ahépé dans un cycle de division et de haine surtout, autour de l’organisation de la fête traditionnelle Ahézan.

Joint au téléphone, l’honorable Kodjo Djissénou, cadre et natif du milieu, a clairement indiqué à notre rédaction, qu’il s’abstient de se prononcer sur la question et préfère laisser libre cours aux évènements.

Par ailleurs, nous apprenons qu’une seconde réunion sera organisée dans les prochains jours, toujours sous l’égide du Régent du canton d’Ahépé. Mais en attendant nous estimons qu’il est temps que les autorités compétentes prennent à bras le corps ce problème, et que les uns et les autres se ressaisissent   pour trouver une attente durable.

Sans   vouloir jouer aux alarmistes, il convient de dire que l’eau qui bouillonne sous le couvercle peut atteindre à tout moment son degré maximal et les éclaboussures risquent de faire beaucoup de victimes. L’heure n’est pas à la division autour de l’organisation d’une fête, mais à une synergie d’actions pour le développement d’Ahépé.

RAPPEL

Plus que des retrouvailles, Ahézan offre une occasion aux filles et fils de cette localité de réfléchir sur le développement socioéconomique du canton. L’apothéose de l’édition 2018 a été marquée par  un grand pique-nique à la place publique d’Ahépé Assikor  au cours duquel plusieurs groupes folkloriques du canton se sont produits. L’éclat de la fête a été rehaussé par la prestation du groupe musical «Mélo Togo» qui a fait revivre les bons vieux temps aux fêtards.

 

 

Affaire à suivre

 

Gilles OBLASSE

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here