Garantie Unique du transit routier sur le Corridor Togo-Burkina Faso : Un mécanisme pour faciliter les échanges inter-Etats

0
204

La Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo (CCIT) en partenariat avec l’Office Togolais des Recettes (OTR) et la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso (CCI-FB) a lancé le vendredi 25 septembre dernier  à Lomé, la phase de « Sensibilisation sur la  Garantie Unique du Transit Routier Inter-Etats de la CEDEAO sur le Corridor Togo-Burkina Faso » en présence de nombreuses personnalités au rang desquelles, les acteurs du transit et les opérateurs économiques des deux pays.

En effet, ce lancement vient corroborer la vision des pères de la CEDEAO de promouvoir et d’encourager les échanges intra-communautaires, par la facilitation du Transport Routier Inter-Etats (TRIE) et l’engagement des acteurs d’investir, sans compter, pour l’amélioration du climat des affaires au sein de l’espace communautaire.L’idée en lançant cette phase essentielle, est de sensibiliser tous ces acteurs et opérateurs économiques aux enjeux et avantages du transit routier sur le corridor Togo-Burkina Faso afin qu’ils comprennent le projet et y adhèrent

Selon le 1er Vice-Président de la CCIT, Rémy Moevi, représentant le Président de ladite institution à cette occasion, « la Garantie Unique » est un mécanisme de facilitation des échanges qui vise la simplification des procédures, la réduction du coût du transit, l’amélioration de la rotation des opérations de transit et l’amélioration singulière de l’attractivité du corridor Togo – Burkina Faso.

Pour Victoire Some, représentante de la CCI-BF au Togo et Agoro Medjessiribi, Directeur des opérations douanières du Golfe à l’OTR, la Garantie Unique présente de nombreux avantages.

En effet, dans la pratique actuelle, les formalités de redevance du fonds de garantie qui équivaut à 0,25% de la valeur CAF de la marchandise sont reprises à l’entrée de chaque pays traversé par la marchandise en transit. L’opérateur économique est ainsi tenu de payer 0,25% de la valeur de la marchandise, dans chaque Etat traversé par la marchandise.

 Avec la garantie unique, la simplification de la procédure et la réduction du coût résident dans le fait que, qu’une perception unique d’une  valeur unique de 0,5% de la valeur CAF de la marchandise ainsi qu’une procédure unique du transit  pour le compte des pays d’un même corridor entreront en vigueur dès le lancement. Précisions que le corridor peut être composé de deux (02), trois (03),  (04)  pays et plus.   Nous pouvons  prendre comme exemple le corridor Togo – Mali qui est composé de quatre pays. La formalité devient donc unique et s’effectue à la porte d’entrée de chaque corridor. Pour le cas corridor Togo – Burkina Faso, la porte d’entrée est le Togo.

L’implémentation de la garantie unique est progressive au sein de la CEDEAO et est à chaque étape marquée par la signature d’un protocole d’accord entre les pays d’un même corridor.La redevance unique de 0,50% et la procédure unique, induisent évidemment un gain de temps qui améliore la rotation des opérations de transit, une réduction du coût du transit, une simplification des procédures ainsi que l’amélioration de l’attractivité du corridor.  Ils ont, par ailleurs, souhaité que la feuille de route du projet soit totalement exécutée pour permettre très prochainement le lancement de la garantie unique.

« Au moment où le monde entier fait face à une crise sanitaire du fait de la pandémie liée au Coronavirus, qui met à rude épreuve tous les systèmes économiques, même les plus solides, nous devons repenser nos choix pour la relance post Covid-19. Faciliter les échanges entre pays devient une action urgente à traduire en stratégie commune à imprégner à toutes nos initiatives. Le Togo s’est d’ailleurs positionné pour contribuer à l’accroissement des échanges entre nos différents Etats. En effet, dans son Plan National de Développement (PND), plus précisément en son axe stratégique n°1, il est prévu de faire de notre cher pays un hub logistique et un centre d’affaires de premier ordre dans la sous-région. La Garantie Unique vient à donc à point nommé pour faciliter les transactions des opérateurs économiques de l’espace CEDEAO afin que nos secteurs privés respectifs tirent bénéfices attendus de la mise en œuvre de notre PND » a déclaré Remy Moevi, 1er Vice-Président de la CCIT.

Il faut rappeler que la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo (CCIT sous la présidence de  Essohouna Meba a élaboré un plan stratégique orienté vers la promotion des entreprises, l’information, la formation, la recherche de partenariats et la signature d’accord de coopération. Ce qui lui a permis de gagner la confiance des opérateurs économiques et de devenir un interlocuteur de choix du gouvernement togolais. En témoigne d’ailleurs le lancement de ce projet de « Sensibilisation sur la  Garantie Unique du Transit Routier Inter-Etats de la CEDEAO sur le Corridor Togo-Burkina Faso ».

Sur le plan international, le dynamisme du président Essohouna Meba a permis à la Chambre Consulaire d’assumer la présidence de la Fédération de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Afrique de l’Ouest (FCCIAO). Le Togo a ainsi eu à piloter des projets comme le Projet de création de la compagnie maritime régionale dénommée « Sealink », et porté par la FCCIAO.

Gilles  OBLASSE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here