Le premier ministre Victoire Tomégah-Dogbé sur RFI / » La page des élections est tournée…les autres qui n’ont pas encore compris prendront le train en marche »

0
218
Dans une interview accordée à Rfi, le nouveau Chef de l’Exécutif togolais, victoire Tomégah-Dogbé s’est prononcée sur ce qui peut être désigné comme les priorités du nouveau gouvernement togolais. Entre  autres se mettre au travail, avancer, sortir de la situation liée au Covid-19, tourner la page de la présidentielle du 22 Février 2020, répondre aux besoins sociaux des populations togolaises etc .  Quant au contentieux électoral né du dernier scrutin présidentiel, officiellement remporté par Faure Gnassingbé, une victoire que rejette l’opposition et que revendique farouchement le candidat de la Dynamique Mgr Kpodzro, il ne semble pas figurer sur l’agenda du nouveau premier ministre.
Tirant  leçon des troubles et des agitations politiques de tout  acabit ayant perturbé ces derniers temps, le fonctionnement normal de l’administration, Victoire Tomégah-Dogbé entend  consacrer l’action de son équipe à l’essentiel. « Gouvernance autrement axée sur des résultats au profit des populations togolaises via la discipline et la rigueur, rendre la vie facile aux citoyens et simplifier les procédures à travers le digital, la liberté de la justice, la fermeture de la page de l’élection présidentielle 2020 et le rôle important de la femme dans les politiques de développement’’, tel semble se résumer  l’agenda du nouveau gouvernement.
 Pour le premier ministre qui ne met pas entre parenthèses les défis économiques, sociaux et sanitaires,  ce qui importe aujourd’hui au Togo,  c’est la lutte contre les vulnérabilités dans le pays. Evoquant la priorité accordée à la femme, ces derniers temps au sommet de l’Etat, le premier ministre estime que « Toute politique de développement doit mettre la femme au centre des préoccupations pour éviter l’échec… Le Chef de l’Etat togolais a tout simplement décidé de faire confiance aux femmes, à leur leadership. C’est une volonté politique qui se concrétise », déclare- t-elle.
En ce qui concerne, le contentieux électoral, Victoire Tomégah-Dogbé a été d’une clarté cristalline : « Le Togo est un pays démocratique qui a des instruments de régulation et de suivi des processus électoraux. La Commission Electorale Nationale Indépendante, la Cour Constitutionnelle ont déjà réglé cette question et je vous dis que je me concentre sur les défis économiques, sociaux, sanitaires. C’est cela qui nous préoccupe aujourd’hui », a-t-elle précisé. Sur  le cas Agbeyome Kodjo aujourd’hui, contraint à la clandestinité, parce qu’activement recherché par la justice togolaise, Victoire Tomegah-Dogbe relève  qu’il faille laisser la justice faire son travail. « Personne n’a poussé Agbeyomé Kodjo à l’extérieur de notre pays et nous voulons rassurer les uns et les autres que ce qui est important pour nous est de travailler à répondre aux besoins sociaux des populations », précise- t-elle.
Pour ce qui est de la reprise de l’élection présidentielle appelée de tous leurs vœux par l’opposition et Jean-Pierre Fabre, Président national de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), le premier ministre confie que la page des élections est tournée. « Je sais qu’au Togo, tout le monde a compris que cette page est tournée. Il y a des gens qui ne sont pas contents mais il faut qu’on se soumette à cela. Sinon, on ne s’en sortira jamais. Nous pensons qu’il faut se focaliser sur l’essentiel, c’est le développement. L’essentiel, c’est de lutter contre la vulnérabilité dans notre pays… « . Pour Mme la Première Ministre, « les autres qui n’ont pas encore compris prendront le train en marche », a-t-elle conclu.
Lors du dernier conseil national de l’Alliance Nationale pour le Changement qui coïncide avec la célébration du 10ème  anniversaire de ce parti, son président national Jean-Pierre Fabre a réitéré son appel au pouvoir en place en vue de l’ouverture des discussions entre le pouvoir et l’opposition en vue d’un règlement durable de la crise que traverse le pays et pourquoi pas d’une participation responsable de tous les fils de ce pays à l’édification nationale. Le contentieux électoral, les réformes électorales… doivent faire l’objet de pourparlers entre la classe politique, selon l’ANC. Mais de l’interview accordée ce jour à RFI par Victoire Tomégah-Dogbé, transparait une fin de non-recevoir catégorique à cette main tendue de l’ancien Chef de file de l’opposition au pouvoir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here