Obtenir son Master II  en Droit à 63 ans / Une performance réalisée par la Togolaise Ekoua Flora Johnson

0
167
Reprendre des études dans la vie adulte peut constituer une véritable mise à l’épreuve identitaire puisque l’université reste le lieu privilégié de la jeunesse estudiantine. Cette réalité qui crève les yeux, dame Johnson Ekoua Flora n’en a cure. A 63 ans, cette togolaise aux réflexes assez exercés, vient de créer l’événement en ‘‘décrochant’’ son diplôme de Master II en Droit privé des affaires à l’Université Iheris de Lomé.
 La cérémonie de remise de diplôme s’est déroulée ce jeudi 10 décembre dans la salle de réunion de cette université en présence d’éminents professeurs de droit, notamment  du directeur académique Master Droit, Prof. Komi Wolou et du directeur de mémoire de l’impétrante, Me Atsu Dété Théophile, ainsi que des étudiants et autres parents amis et alliés . Au cours de cette cérémonie, où la quête du savoir à tout âge a été magnifiée, ces éminents professeurs de droit, ont tour à tour salué le courage, l’engagement, la persévérance dont dame Johnson Ekoua Flora a fait preuve pendant son parcours de 6 ans sous leur encadrement . Au passage, l’honneur a échu à l’impétrante de présenter un résumé du fruit de son labeur livré en  87 pages sous le  thème: «Le Notaire à l’épreuve du droit des sociétés commerciales et du groupement d’intérêt économique» On y découvre le Notaire comme un acteur incontournable dans les activités commerciales.
«Avec la réforme, on a cru que le rôle que le Notaire jouait dans les affaires est menacé, mais très vite, on a su que le notaire ne peut pas se soustraire de la vie des sociétés commerciales. Au contraire, la réforme en son article 10 demande que la création de toutes sociétés se fasse par le biais du Notaire», a expliqué madame Flora Johnson.
Fort de cette réussite notable, l’impétrante invite les jeunes, surtout les femmes à s’inspirer de son expérience pour ne jamais considérer  l’âge comme frein ou un quelconque obstacle aux études et chercher  toujours à apprendre.
Gilles  Oblasse

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here