Pistes rurales : le ministre Kanfitine Tchede Issa met en garde les entreprises défaillantes de respecter leur engagement vis-à-vis du cahier des charges, sous peine de mise en demeure suivie de la résiliation du contrat

0
50

Dans un communiqué , le ministre du Désenclavement et des Pistes Rurales, Kanfitine Tchede Issa a rappelé à l’ordre et mis en garde, les entreprises titulaires des marchés, en retard sur l’exécution des travaux du Programme d’appui aux pistes rurales (PAPR).

Etat des lieux des travaux 

Sur les quatre régions concernées, seuls les travaux réalisés dans la région des savanes présentent un état d’avancement optimal, apprend-on.

 Région des Savanes

En effet, dans cette région, les 53 km que cumulent les tronçons Ayikpere-Mandiki-Koumongou (26,5 km) et Mougou-Centre-Gbeti-Vapore-Tonton (26,5 km) sont à un taux d’avancement de moyen de 16,6%.

Un taux légèrement supérieur aux 13,2% attendus. Lancés en juin 2020, ces travaux sont prévus pour durer respectivement 12 et 14 mois.

 Région de la Kara

Dans la région de la Kara où 3 tronçons sont prévus, entre les localités des communes Dankpen 1, 2 et 3, pour un total de 52,2 km de routes, le taux moyen d’avancement est de 9,3%, soit 3,2% de moins que ce qui est prévu. Avec des délais allant de 12 à 14 mois, ces travaux avaient également démarré en juin 2020.

 Région des Plateaux

Pour le compte de la région des Plateaux, la construction de 51 km de pistes répartis entre les préfectures de Haho et de l’Ogou est achevée à plus de 63% alors que le délai de 14 mois a été consommé à plus de 98%.

Région Maritime 

Plus au sud, dans la région maritime, les travaux de construction de 31 km, qui ont été lancés en décembre 2019 ne sont qu’à 80% de réalisation.  Ces pistes, qui doivent permettre le désenclavement de localités situées dans le zio, devaient être livrées en décembre 2020.

Quatre mois après le début de la période favorable pour les travaux, le Gouvernement est au regret de constater que certaines entreprises titulaires des marchés n’ont toujours pas mobilisé sur le terrain le matériel et le personnel minimal requis, accusant ainsi des retards préjudiciables aux populations. Ceci malgré les visites de chantiers et les réunions de rappel à l’ordre, ainsi que les lettres d’avertissements qui leur ont été adressées. Ce qui est inadmissible”, note le ministre.

Gilles  OBLASSE

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here