« Soigner les certitudes » dédicacé à l’université de Lomé par Reckya Madougou

0
158
Après Cotonou où elle a dédicacé son ouvrage ’’Soigner les certitudes’’, l’experte en finance inclusive Reckya Madougou a choisi pour le même exercice au Togo, le temple du savoir de Lomé. Le  ton de la cérémonie a été donné, à la présidence de l’université de Lomé (Salle Ahadzi Nonou) par  le Professeur Komlan Dodzi Kokoroko, Ministre des Enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat à travers un discours savant. Le contenu de l’ouvrage qui défraie la chronique a été disséqué par un panel composé entre autres du ministre de l’économie et des finances du Bénin, Romuald Wadagni, de la Coordonnatrice d’Inovop, Candide Leguedé, de Jonas Daou, le patron des grandes entreprises du Togo, de Patricia Adotevi, Directrice générale de Sunu Bank Togo, du vice doyen de la Faseg, Prof. Kouchoro et de la Coordonnatrice d’Inovop, Candide Leguedé sous la modération du Prof. Akoda Ayéwouadan, ministre de la Communication et porte porte-parole du gouvernement Togolais.
 Selon Reckya Madougou, l’ouvrage s’attaque à des idées erronées que des gens s’amusent à développer contre l’Afrique et  parfois même les  pays africains. « Ce qui est important et ce qui compte, c’est vraiment de bâtir des nations justes et prospères où la croissance est inclusive, c’est-à-dire équitablement et partagée », indique  l’auteure, en précisant que le  continent noir dispose de tous les « atouts et potentialités à ses problèmes ».
Elle poursuit en affirmant: « Nous avons parfois des remèdes endogènes à nos problèmes. Sauf que souvent, nous sommes beaucoup plus tournés vers l’occident alors que nous avons des mécanismes endogènes qui en les visitant peuvent être adaptés à la marche du monde ».
L’ouvrage de Reckya Madouga, déconstruit  les idées reçues qui maintiennent les pays africains, les femmes et la jeunesse dans« l’assistanat ». En guise de solution, l’auteure ne manque pas  d’antidotes. Elle propose  notamment la formation, la citoyenneté économique, la digitalisation, l’inclusion financière des populations, l’autonomisation des femmes, la transformation structurelle de l’agriculture, l’entrepreneuriat, l’intelligence politique et la justice sociale pour relever les défis.
 « Cet ouvrage est un outil de discussion avec les groupes cibles. Pour rallier un bon positionnement de la femme, il est important à la base de valoriser l’éducation. Mais pendant qu’on se bat pour l’éducation des filles, il faut aller au leadership des femmes », insiste-telle.
Dans les débats qui ont suivi, les préoccupations des intervenants ont essentiellement porté sur davantage de clarification des concepts, une large diffusion du contenu au niveau de la jeunesse estudiantine, une révision à la baisse du taux élevé des institutions financières sur les prêts octroyés et l’impact de la foi dans le processus du développement préconisé pour le continent africain. Une participante et non des moindres a salué en l’auteure de l’ouvrage, une dame de cœur soucieuse de la condition de la jeunesse et de la femme africaine
La cérémonie de dédicace, tenue à la présidence de l’Université de Lomé, s’est déroulée en présence des membres du gouvernement, de la représentation nationale, des institutions financières et des enseignants chercheurs.
Gilles  OBLASSE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here