Surexploitation de sable : La population de Dague Amedehoeve tire la sonnette d’alarme et appel Faure Gnassingbé au secours.

0
293

L’exploitation du sable marin par  de la société SAD   a pris ces dernières semaines à Dagué Amédéhoevé un village de la préfecture des Lacs, une ampleur avérée . Le caractère systématique de cet enjeu socioéconomique reste jusque-là inexploré. En effet, l’exploitation du sable marin dans cette contrée de Dagué Amedehoeve s’est ouverte , évolue et fait grand bruit.La population d’Amedehoeve a alerté ce lundi 3 Févier le chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé  à travers un mouvement spontané qu’ils ont organisé à   Amedehoeve sur les conséquences environnementales désastreuses de l’extraction de sable. L’auteur de cette manœuvre qui rend la population triste est la société SAD: « Le fait de prendre du sable sur la plage enlève les défenses naturelles que l’on a contre les vagues de tempêtes. Cela a un impact sur les inondations côtières », a commenté un habitant de Dagué« Quand vous extrayez du sable sur les rivières, si vous creusez le fond, la dynamique de la rivière et du lac va changer.

« Dans une déclaration lue par la population dont  le site Afrique révélation a pu obtenir copie, la population de Dagué plus précisément d’Amehoevé très remontée appelle le chef de l’état Faure Gnassingbé au secours.
 » Nous population du village d’Amehoeve sommes sorties massivement ce matin pour dénoncer et s’opposer à la pratique de dragage, d’exploitation irrégulière de sable à la berge du lac Togo par la société SAD. ‘ont il souligné. Pour eux, grâce au dragage, les eaux des puits sont devenues inutilisables, les bruits des machines de dragues nocturnes troublent le sommeil et la tranquillité de la population. »
 » le seul terrain de football et de sport du village est devenu le site d’exploitation de la SAD ont ils souligné dans la déclaration.
Il peut y avoir soit des ralentissements, soit des accélérations, donnant lieu soit à des inondations plus fréquentes ou plus intenses, soit à des sécheresses », expliquent-t-ils. Sur le plan de la biodiversité, ces extractions déstabilisent la chaîne alimentaire marine et fragilisent la faune et la flore des zones littorales. Et certaines plages risquent à terme de disparaître définitivement..
Dagué Amedehoeve , destination touristique par excellence, est connu entre autre pour ses plages qui font rêver. Mais tout le littoral aujourd’hui menacé par l’exploitation abusive du sable utilisé dans les constructions. Le programme des Nations unies pour l’environnement a tiré la sonnette d’alarme dans un rapport publié récemment.
A Amedehoeve la population pointe du doigt une véritable « mafia du sable ».
Gilles  OBLASSE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here