Terrorisme : “Le Conseil de l’Entente prend la main”

0
298

La situation sécuritaire qui se dégrade au jour le jour préoccupe, le Comité des Experts en charge de la Sécurité et des Frontières des pays du Conseil de l’Entente . Afin de  lutter contre le terrorisme, l’organisation sous-régionale prend ainsi la main sur le dossier . Pour trouver des solutions ,ils ont ouvert depuis ce mardi matin , leur 4ème réunion ordinaire à Lomé .Réunis autour du thème « Détérioration de la situation sécuritaire dans l’Espace Entente, nouvelles menaces, nouvelles approches nationales et sous-régionales », ces Experts auront d’après le Secrétaire exécutif du CE, Patrice Kwamé, dans leur viseur, deux objectifs, à savoir, le renforcement de la compréhension de l’extrémisme violent pour en proposer deux approches de réponses, et la validation d’un projet de directive sur la prévention de l’extrémisme violent dans l’Espace Entente à proposer au prochain Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement du CE.

Ouvrant les travaux mardi à Lomé, le colonel Yotrofèi Massina, Directeur général de la gendarmerie nationale togolaise a planté le décor. Ce n’est plus un secret pour personne, les pays de l’espace Entente à l’instar des pays de la sous-région ouest africaine font de plus en plus face à une dégradation de la situation sécuritaire ces dernières années, a-t-il déclaré.

« Cette situation préoccupante, marquée par de nouvelles formes de menaces, la montée en puissance du terrorisme, de l’extrémisme violent, de crimes frontalières organisées et les menaces de tout genre, constituent des obstacles de taille à la stabilité nationale et régionale, à la sécurité et à la croissance économique », a lancé le représentant du ministre de la sécurité togolaise.Dans son mot d’ouverture de ces assises, le président du Comité des Experts, en charge de la Sécurité et des Frontières, le Colonel Yotroféi Massina, a relevé le fait que les « nouvelles formes de menaces, la montée en puissance du terrorisme, de l’extrémisme violent, de crimes transfrontaliers organisés et les menaces de tout genre, constituent des obstacles de taille à la stabilité nationale et régionale, à la sécurité et à la croissance économique ». Et donc, étant donné que tous les pays membres aspirent à la croissance économique, il devient alors « impératif de songer aux mécanismes et stratégies efficaces de lutte contre ce phénomène ».Le Conseil de l’Entente a conçu un projet de directive communautaire qui va être validé par les experts et qui sera soumis vendredi prochain aux ministres en charge de la sécurité et des frontières. C’est une directive constituée de lignes directrices recommandée à l’ensemble des 5 Etats membres pour qu’on arrive à une sorte de mutualisation  des forces pour que notre espace devienne un lieu où les terroristes se sentiront de moins en moins en sécurité », a confié à la presse Moko Issa, directeur du département de la coopération politique, de la paix et de la sécurité.

 

Gilles OBLASSE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here