Togo-Cumul de fonctions au sein du gouvernement : La parabole des talents au secours du Prof. Kokoroko

0
68
Le cumul de la Présidence de l’Université de Lomé avec le portefeuille de ministre des enseignements des premier et  second degré, de l’enseignement technique et de l’artisanat par  Komla Dodzi Kokoroko depuis trois mois ne semble pas plaire à certains. Interpellé sur le sujet dans l’émission ‘’TALK’’ de Africa 24 où il était l’invité, il s’est appuyé sur la parabole des talents de Jesus-Christ pour répondre.
 Nommé depuis trois mois à la tête du département de l’enseignement des premier et second degré, de l’enseignement technique et de l’artisanat, le Prof. Dodzi Kokoroko conserve son poste de président de l’université de Lomé. Siégeant dans un gouvernement qui aspire à ‘’gouverner autrement’’, la chose parait discordante ou anachronique. Pour défendre sa position, cet universitaire qui a donné un nouveau visage à l’université de Lomé sans remet à la Sainte Ecriture dans Mathieu 25 : 14-30.
La parabole des talents sur laquelle il s’appuie pour justifier sa position a trait à l’histoire d’un homme qui à son départ à un voyage a remis respectivement 5, 2 et 1 talents à trois de ses serviteurs. A son retour, il a récompensé deux des serviteurs qui ont mis leurs talents en valeur et en ont gagné le double et réprimandé le troisième qui n’a pas eu ce réflexe  mais  qui est allé enterrer son talent qu’il lui a retourné sans intérêt.
Le Prof. qui dit n’aspirer à aucun poste devant la République estime que  : « C’est de lourdes charges et non des cadeaux,  il y a une dynamique, une impulsion du chef de l’Etat par rapport au secteur éducatif, il fallait relever ce défi, et en ma modeste personne, je ne pense pas avoir démérité », déclare-t-il.
Le ministre estime qu’on peut confier 2 ou 3 missions à une seule personne qui peut magistralement réussir tout comme à plusieurs personnes qui ne produiront pas de résultat. Il estime provisoirement être à la hauteur, vu que son maintien ou non à la tête de l’université de Lomé relève des pouvoirs discrétionnaires du Chef de l’Etat qui, le moment venu, appréciera.
Gilles  OBLASSE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here